Premier cas de grippe aviaire H10N3 en Chine : faut-il s’inquiéter ?

Un homme de 41 ans, vivant à Zhenjiang a contracté une forme de grippe aviaire, baptisée H10N3, venant probablement d’oiseaux. C’est la toute première fois au monde que cette souche infecte un humain. Les circonstances de la transmission restent floues, mais la souche ne devrait, a priori, pas engendrer d’épidémie, souligne l’AFP.

Ce cas humain de grippe aviaire vient seulement d’être divulgué par les autorités chinoises, un mois après son hospitalisation. Les autorités chinoises ont expliqué avoir dépisté toutes les personnes contact du malade sans qu’aucune n’ait (pour l’heure) été testée positive.

Risque d’épidémie extrêmement faible

Ce résultat apparaît plutôt logique, dans la mesure où la souche H10N3 est considérée comme à faible risque de développer une maladie chez les oiseaux qui la portent, on dit que la souche est “faiblement pathogène”. La transmission entre les humains est elle aussi très peu probable car rare dans les cas de grippe aviaire.

Certaines souches ont déjà donné lieu à des épidémies de grippe aviaire, parce qu’elles étaient transmissibles de l’animal à l’humain. On se souvient notamment de la grippe H5N1. A priori, la naissance de cette souche ne devrait pas faire craindre une épidémie, la Chine parle d’un “risque de diffusion à grande échelle extrêmement faible”. Dans la plupart des cas de grippe aviaire, cela conduit à l’abattage de volatiles.

Sources : AFP, Reuters

Lire aussi :

Grippe aviaire H5N8 : faut-il s’en inquiéter ?
Grippe aviaire : on a découvert l’origine des cas de Corse et des Yvelines

The post Premier cas de grippe aviaire H10N3 en Chine : faut-il s’inquiéter ? first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu