Traitement narratif : généralités (2/3)

debby

Lorsque nous réfléchissons à ces facteurs, il est probable que nous ayons des convictions à leur sujet et sur ce qu’ils signifient pour nous ou sur la façon dont ils nous influencent dans le monde. Nos convictions sur ces choses façonnent la façon dont nous pouvons nous voir et ce que nous nous disons à propos d’une expérience ou d’une interaction.

Nous portons en nous plusieurs histoires à la fois, telles que des histoires sur nos relations, notre vie professionnelle, nos faiblesses, nos forces, nos objectifs et plus encore.

La thérapie narrative met l’accent sur l’exploration de ces histoires, car elles peuvent avoir une influence significative sur notre prise de décision et notre comportement.

Notre histoire dominante

Bien que nous puissions porter plusieurs histoires en même temps, il y a généralement une histoire qui est plus dominante que les autres. Lorsque notre histoire dominante nous empêche de vivre notre meilleure vie ou semble saboter nos efforts de croissance et de changement, elle devient problématique. Souvent, lorsque les personnes viennent en consultation, elles sont confrontées à une histoire dominante problématique qui leur cause une douleur émotionnelle.

Un thérapeute narratif travaille avec les clients pour explorer les histoires qu’ils portent sur eux-mêmes, leur vie et leurs relations. Lorsqu’une histoire dominante est problématique, elle fait surface dans nos interactions avec les autres, dans notre prise de décision et dans nos modèles de comportement.

Descriptions fines

Une histoire dominante problématique que nous véhiculons peut avoir commencé par un jugement qui nous a été imposé par d’autres, en particulier ceux qui pouvaient être en position d’autorité ou d’influence sur nous, comme un parent ou un soignant.

Par exemple, si, lorsque nous étions jeunes, nous nous sommes comportés d’une manière qui a amené un parent à nous traiter de “paresseux”, nous pouvons commencer à nous considérer comme paresseux et à intégrer cette étiquette dans notre histoire au fur et à mesure que nous vivons d’autres expériences. Le trait de paresse continue alors à se développer et à faire partie d’une histoire dominante pour nous, influençant la façon dont nous nous voyons et dont nous nous comportons ou interagissons avec les autres à l’avenir.

En substance, l’utilisation du terme “mince” pour décrire ces descriptions et conclusions spécifiques signifie qu’il y a peu de considération pour les circonstances extérieures qui pourraient influencer notre prise de décision et notre comportement. Une fois qu’une telle situation s’installe, il est facile d’imaginer comment elle peut se développer avec le temps et devenir un problème pour nous.

Nous confondre avec nos problèmes

Si nous avons été jugés d’une certaine manière par notre famille en grandissant, en nous référant à l’exemple de la paresse, il peut être très difficile pour nous de nous en débarrasser ou de faire disparaître cette étiquette de notre histoire. Non seulement nous finissons souvent par porter cette étiquette avec nous au fil du temps, mais les événements qui nous font sentir ou être considérés comme paresseux continuent de soutenir l’histoire dominante selon laquelle nous sommes une personne paresseuse.

Cette histoire devient problématique et nous empêche de prendre des décisions saines qui représentent plus précisément qui nous sommes et ce à quoi nous tenons.4 Nous avons de plus en plus de mal à nous séparer de nos problèmes.

En fait, nous en arrivons à penser que nous sommes le problème.

Malheureusement, les descriptions fines ont tendance à se concentrer sur nos faiblesses ou sur des domaines que nous pourrions penser ne pas être à la hauteur. Lorsque nous essayons de prendre des décisions qui remettent en cause notre histoire dominante, celle-ci peut être négligée par les autres, et même par nous-mêmes, car elle est considérée comme l’exception plutôt que la règle. Nos comportements “non paresseux” peuvent être minimisés ou négligés parce qu’ils ne correspondent pas à notre histoire dominante.

En d’autres termes, nous pourrions même ne pas nous attribuer le mérite de prendre de bonnes décisions ou de nous comporter de manière positive parce que cela ne correspond pas à l’histoire que nous nous racontons sur qui nous sommes et ce dont nous sommes capables.

Comment la thérapie narrative aide

La thérapie narrative se concentre sur ces histoires, en particulier les histoires dominantes qui sont problématiques et semblent nous empêcher de vivre notre meilleure vie. Un thérapeute narratif qualifié travaille avec les gens pour explorer ces histoires et rechercher des informations qui nous aident à remettre en question ces histoires problématiques.

Grâce à la thérapie narrative, nous pouvons commencer à identifier des histoires alternatives qui nous offrent une opportunité de remettre en question notre jugement et d’explorer les autres informations que nous portons en nous.

Cette exploration nous aide à élargir notre vision de soi, à remettre en question des croyances anciennes et malsaines et à ouvrir notre esprit à de nouvelles façons de vivre qui reflètent une histoire plus précise et plus saine. La thérapie narrative met fortement l’accent sur la séparation entre la personne et son problème.

En faisant cela, la personne commence à comprendre qu’elle est capable de quelque chose de nouveau. Les anciennes significations inutiles qui ont été tissées dans nos histoires au fil du temps peuvent être remises en question.

À mesure que les gens élargissent leur vision d’eux-mêmes et explorent des informations supplémentaires, il peut y avoir de la place pour des changements sains dans nos pensées, nos sentiments et nos comportements. Lorsqu’un espace est créé entre nous et notre problème, nous pouvons mieux examiner et choisir ce qui nous sert bien et ce qui ne nous sert pas. La thérapie narrative ne vise pas à changer une personne, mais à lui permettre de devenir un expert de sa propre vie.

Menu